A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

dimanche 22 janvier 2012

le programme du campagnard

Saccagé, pillé, brûlé, extrait, épuisé, exterminé, souillé et pollué. L’Homme de tout temps a joué un rôle de dominateur sur la nature. Il agit comme s'il n'avait aucun compte à rendre aux éléments qui l'entoure. Et plus il agit sur elle de façon néfaste (exploitation), plus il s'en éloigne (urbanisation). Ne pourrions-nous pas tenter de commencer à vivre en harmonie avec elle en préservant sa biodiversité ? De nous mettre véritablement à son service pour, en retour, en tirer les vrais bénéfices, notamment pour notre santé et notre alimentation ?

Notre programme se décline en quelques grands thèmes directeurs. Nous serons soucieux d'apporter à chaque point une expertise plus détaillée en sollicitant des personnes ou des structures associées à ce programme.

Application de la convention sur la diversité biologique rédigée lors du Sommet de la Terre. Rio de Janeiro, 1992. (le texte est disponible dans son intégralité sur demande).

Mettre en place un plan Marshall autour de la biodiversité. Doter la Recherche de moyens significatifs, tout comme pour l'enseignement supérieur, pour la publication de brevets. Création d'emplois hautement qualifiés.
"Pour la reconnaissance immédiate du droit des paysan-ne-s de ressemer et d’échanger librement leurs semences, les protéger de la biopiraterie et des contaminations par des gènes brevetés. Non à la mainmise des multinationales semencières, et à toute forme de brevets sur les plantes, les parties de plantes, leurs gènes ou les procédés d’obtention.” extrait d'un communiqué de l’UPOV (Union Internationale pour la Protection des Obtentions Végétales).

Favoriser le développement de l'agriculture biologique, de la permaculture, de la biodynamie. Réintroduire le bocage naturel. Encourager et financer la création d'exploitations paysannes, à taille humaine. Créer et consolider des emplois. Prévoir un océan de réserves foncières.
Obtenir un moratoire sur les importations de tourteaux de soja OGM au niveau européen. Interdire toutes formes de production de plantes génétiquement modifiées en plein champ sur tout l'espace européen. Accompagner et soutenir sur tous les continents, le retour d'une paysannerie auto nourricière, vivrière, et potentiellement créatrice de valeur ajoutée.
Revoir les conditions d'évaluation des risques des pesticides sur les abeilles et sur les pollinisateurs en général. Agir pour congestionner les causes. Observer et dénoncer les pollutions de l'eau et de l'air par l'usage de substances chimiques. Éviter toutes les formes de nocivité sur la santé humaine.

Contrecarrer la profusion des algues polluantes en transformant progressivement le modèle agricole dominant, intensif,  et productiviste, notamment en Bretagne. Lancer un vaste chantier de reconversion de ce modèle agricole, à la fois sur la production végétale et la production animale. Revoir les politiques communautaires et redéfinir les priorités. Cesser de subventionner les produits agricoles à l'export.

Favoriser l'émergence de la commercialisation des plantes médicinales. Autoriser  leur diffusion. Mettre en œuvre des politiques de santé publique pour élargir leur généralisation. Prospecter toujours et encore pour découvrir de nouvelles propriétés médicinales à partir des plantes. Amoindrir la place des multinationales pharmaceutiques. suivre les principes de la bioéthique et rappeler que le génome humain est un patrimoine de l'humanité et il ne peut faire l'objet de commercialisation.
Préserver les espaces fragilisées et stopper la déforestation massive, notamment les forêts primaires, à travers le monde. Accompagner tous les plans de reforestation.

Protéger et gérer les ressources halieutiques. Créer une Haute Autorité de la Mer au niveau international sur tout le trafic maritime. Créer une législation adaptée et incitative pour condamner tous les types de pollutions, à la fois nuisibles à la faune et la flore aquatiques (marée noire, pollution sonore, déchets ménagers et industriels...). En France, créer un Ministère de la Mer.
Minimiser l'impact de l'extraction des ressources naturelles et de minerais, génératrice de pollution, d'exploitation de la main d’œuvre, de l'appauvrissement des populations locales. Sortir de la logique de consommation des énergies fossiles et de la production nucléaire. Construire l'avenir de la politique énergétique sur les renouvelables. S'orienter vers des moyens de transports plus doux et collectifs. Revenir sur le développement des agrocarburants.
Repenser le schéma d'urbanisation, ralentir l'étalement des zones d’activités, le mitage du logement, grignoteuses de terres agricoles (3 ha disparaissent chaque jour dans le Finistère).
Accompagner là où c’est encore possible la Loi du littoral.
Introduire dans les programmes scolaires les notions de biodiversité. Valoriser cet enseignement. 

Légalisation de la consommation de cannabis sous le contrôle des autorités policières, d'avis médicaux encadrés et de la justice.  Reconnaître ses vertus médicale et thérapeutique dans le cas de patients gravement malades (cas de la sclérose en plaques...).

Accentuer les contrôles pour détecter et agir sur toutes les intrusions d’espèces extérieures et nuisibles à un écosystème spécifique lié à son territoire (le frelon asiatique, l'écureuil gris, le crabe royal rouge...).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire