A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

vendredi 16 mars 2012

L'écolo populo ? Récréative et créative.

Propos recueillis par David DERRIEN auprès du candidat à l'élection présidentielle dédé l'Abeillaud

David DERRIEN : "dédé l'Abeillaud, tu viens d'annoncer ton retrait à la candidature pour les présidentielles. Puisque nous sommes entre nous mon dédé, peux-tu me donner tes premières impressions après plus de 2 mois de campagne ?
Dédé l'Abeillaud : Ecoute David, j'ai vécu à la fois une expérience enthousiaste et émouvante. En dehors des rencontres avec les médias, les amis apiculteurs et faucheurs volontaires, mon lapinou, tes semblables..., je retiendrais 2 temps forts qui m'ont marqué. Le premier se passe au Salon des agricultures où je suis apostrophé par un groupe d'une vingtaine de jeunes. l'un entre eux m'a reconnu et engage avec moi un débat. C'est après quelques instants qu'ils me font savoir qu'ils appartiennent tous aux JA (Jeunes Agricultures) organisation satellite de la FNSEA. Ils m'ont interrogé à tour de rôle : un coup le nucléaire, un coup l'Europe, un coup l’économie, un coup les OGM... les échanges sont restés sereins, pas d'embrouilles car dédé a adoucit les choses et que j'étais cohérent à la fois dans ce rôle, et dans celui que tu portes au quotidien David. je les ai respectés dans leur choix, comme ils l'ont fait avec moi. Second temps fort le lundi 26 février, suite à la réception de Mr Le maire Philippe BODARD sur la commune de Mûrs-Erigné (49), qui apporte publiquement son parrainage à ma candidature. Après les allocutions de circonstances, P. BODARD nous accueille pour le déjeuner, dans une pièce adjacente à la cantine scolaire. Nous nous installons, quand il me semble entendre le gazouillis d'une nuée d'enfants. je décide de pénétrer dans la salle de restauration. Stupeur affichée sur les visages, silence dans les rangs ou plutôt autour des tables. Je sors le grand jeu, c'est à dire le kazoo, et au bout de trois relances j'obtiens une chorale merveilleuse et éphémère (rien que d'écrire ces mots j'ai les poils qui se dressent sur mes pattes...). Avant de m'éclipser je profite de chahuter l'autorité que représente le directeur de l'établissement, ce qui fait bien marrer le couvain.

DD :  Concrètement tu as attiré à toi une certaine sympathie. Que peux-tu dire à tous ceux et celles qui t'ont soutenu ?
DA : J'aimerai leur dire qu'ils continuent à être libres et désintéressés. Que l'organisation de notre société humaine doit se détourner des rapports de force constants, incarnés par la compétitivité, la rentabilité, la concurrence, le consumérisme, le clientélisme, les faveurs.., IL FAUT NOUS APPRENDRE SANS LE POUVOIR ! Nous devons renoncer à un certain type de modèle libéral que l'on nous impose, que l'on entretien, que l'on modifie au grée des stratégies de l'oligarchie industrielle. 
J'aimerai leur dire que l'utopie est un doux terreau, qu'il nous oblige à être en éveil. Imaginons nous en tant qu'individu autrement pour se réaliser collectivement. Concrètement c'est à chacun, quand il se lève le matin, de réfléchir à quelle attitude adopter pour essayer au quotidien de respecter  l'environnement, c'est pour ça que je pense que l'écologie doit devenir populaire et sortir des partis où elle est cantonnée. Tu sais David, quand tu décides de tenter d'être en accord avec tes valeurs et de vivre en toute simplicité, en appliquant des principes de sobriété, la couleur du ciel le matin n'est plus la même, le vol du Milan noir t'apparaît plus majestueux... sois contemplatif et tu auras avec la somme de tes ressentis encore plus d'Amour à donner.
DD : Bon très bien dédé, mais tu n'as pas peur d'effrayer les gens avec ces propos ?
DA : Tu me connais David, le mâle chez les abeilles ne possède pas de dard, donc je ne pique pas ! Je suis inoffensif aussi sûrement que je suis offensif. Offensant ? je ne pense pas...officiant plutôt, officier au service de ma reine !
Tu sais aussi que ceci est un déguisement, que je suis un faux bourdon. Plus sérieusement, je serais d'accord avec toi si je parlais de révolution, de soulèvement... mais je n'y crois guère. L'espèce humaine veut disparaître ? Même si elle ne l'envisage pas, elle ne pourrait pas si prendre autrement pour y arriver! Elle veut s'épanouir ? Rien qu'à notre époque elle commence déjà à disposer d'outils qui lui permettraient de ralentir notre malheureux dénouement. Donc continuons le combat au sein de la désobéissance civile et non violente notamment.


DD : Tu peux donner quelques orientations, quelques pistes ?
DA : Osez être récréatifs et créatifs, osez endosser le déguisement de dédé l'Abeillaud. Aidez les plus jeunes et les plus vieux à l'enfiler. Favorisez l'émergence d'une nouvelle Vie, de nouvelles pensées, de nouveaux comportements, laissez place à vos émotions les plus douces. On vous jugera ? vous répondrez : le sable que tu as jeté sur mon corps enduit de mélasse ne prend pas sur moi !

Aujourd’hui, David, n'attends pas de moi que je propose des solutions toutes faites. D'ailleurs je n'ai pas de leçons à donner à qui que se soit. Vous voulez continuer à exister ? Testez le dédé ! Surtout les gars je vous conseille le collant !
Par contre nous pouvons rester en contact et croiser nos expériences ? Ici ou ailleurs. Si le cœur vous en dit ce lieu peut devenir une espèce de laboratoire d'idées, d'expérience, d'échanges, de pleurs et de rires. 

DD : Des regrets ?
DA : Si j'étais le candidat de la biodiversité, j'aurais aimé être aussi celui de l'ethni diversité. Ce n'est pas que nos écosystèmes qui disparaissent, les couleurs de l'arc en ciel humain s'affadissent également, quand des peuples indigènes, des peuples séculaires d'Afrique et d'Orient, du Tibet, de Palestine, des Roms et d'Amérique latine, et des peuples d'ailleurs, souffrent. Je n'oublie pas non plus la richesse linguistique d'Europe et que l'Etat français méprise plus particulièrement.

En tout cas, où que vous soyez, quelque soit votre parcours, votre profession, votre niveau social, David et dédé vous remercient apicalement de votre engouement pour la Nature et... les abeilles ! A+ nous l'espérons."
 
Off
Bon merci dédé... très émouvant... Je peux t'embrasser... Viens là mon David ! Allez prends moi fort dans tes bras ! ... Doucement quand même... fais gaffe à mes ailes...

1 commentaire:

  1. Je suis fier de toi David, fier de t'avoir rencontré ...et de tout ce que tu as fait depuis.
    D'am filhor ne zisoñjan ket

    RépondreSupprimer