A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

jeudi 31 mai 2012

OGM: CEEux les sans gênes à l'Efsa

L’interdiction française de maïs OGM de Monsanto rejetée par l’UE
L’organe de sécurité alimentaire de l’UE a jugé qu’il n’y avait pas « d’évidence scientifique spécifique » que la forme résistante aux insectes soit dommageable pour la santé ou l’environnement.


La tentative de la France d’interdire la plantation de formes de maïs OGM de Monsanto a été rejetée par l’organe de sécurité alimentaire de l’UE, lundi.
En réponse à la preuve scientifique soumise par la France appuyant sa demande d’interdire le maïs OGM,  l’organe de sécurité alimentaire de l’UE a jugé qu’il n’y avait pas « d’évidence scientifique spécifique » en ce qui concerne un risque pour la santé humaine et animale ou l’environnement » pour soutenir l’interdiction.
En 2008, la France avait interdit la forme MON 810 à la suite de protestations publiques contre le maïs OGM, mais ceci avait été renversé par un tribunal français en 2011. Néanmoins, en mars, le gouvernement français avait réinstallé l’interdiction avec le Ministre de l’agriculture d’alors, Bruno Le Maire disant que c’était un moyen de « protéger l’environnement ».
La forme possédée par Monsanto, mise sur le marché comme YieldGard par la compagnie US, est une forme de maïs résistante aux insectes qui a été introduite en 1997.
Dans son verdict de lundi, l’Efsa a dit que beaucoup des preuves scientifiques dans la nouvelle soumission de France en janvier étaient déjà inclues dans sa soumission précédente de 2008 à l’agence, qui à ce moment là avait conclu « qu’il n’y avait pas d’évidence scientifique spécifique » en ce qui concerne un risque pour la santé humaine et animale ou l’environnement » qui avaient été fournies qui justifierait l’invocation d’une clause de sauvegarde (interdiction) ». Il ajoutait qu’aucun travail scientifique nouveau non plus n’avait été soumis qui suggérait qu’il y avait un risque pour l’environnement.
Un porte-parole de la Commission de la santé de l’UE, John Dalli a dit à l’agence de presse AFP que l’exécutif de l’UE « examinera comment réagir à cette estimation, bien que techniquement on pourrait demander à la France de lever son interdiction ».
La décision suit une attention renouvelée sur l’alimentation OGM au RU, avec des chercheurs plaidant auprès des militants anti-OGM pour qu’ils n’éventrent pas un site-test pour le froment OGM. Dimanche, Hector Christie, un fermier, ancien étudiant d’Eton, a été arrêté pour avoir pénétré dans le site de recherche de Rothamsted où pousse le froment et avoir coupé le sommet de plusieurs plantes.   
Source  : the guardian

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire