A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

mardi 31 décembre 2013

Travail sous serre : "Mon bébé est mort dans mon ventre"



Jour de la Saint Sylvestre, an 2013.

Entre le petit-déjeuner des enfants et leurs bains, j’ai mené ma petite enquête sur le traitement phytosanitaire de plants cultivés sous serres comme la fraise. Il apparaît que l’emploi de fongicides en préventif contre l’oïdium, ou mildiou, soit d’usage. 
Alors que certains produits comme l’azoxystrobine doivent encore obtenir une Autorisation de mise sur le marché en France, d’autres pesticides sont interdits par l’Union européenne depuis 2006 (période du récit) comme le carbendazime (fongicide) ou le malathion (insecticide ravageur notamment sur les abeilles). Pour autant, rien ne viendra effacer l’irresponsabilité de producteurs quant à leurs pratiques faites à l’insu des personnes présentes dans leurs serres, au détriment de leur sécurité.

Il a été difficile pour Camille (nom modifié pour conserver son anonymat) de revenir sur cette période et de rompre le silence. Même s’il manque des éléments de cause à effets sur son drame,  je ne remets pas en cause la probité de Camille. De plus en plus d’études scientifiques mettent en cause la toxicité résiduelle des pesticides sur notre santé et leur effet cocktail.

La Vie ne saurait souffrir de notre frilosité.
« Je fus employée en tant que saisonnière pour la récolte de fraises en Avril 2006 à Plougastel-Daoulas. Une expérience professionnelle que je n’oublierai pas. 
En effet, j’étais enceinte de 2 mois lors de mon embauche et est perdu mon bébé 2 mois plus tard. « Perdu mon bébé » n’est pas tout à fait le terme exact, mon bébé est mort dans mon ventre, mon médecin ne s’en ait rendu compte que 1 mois plus tard. J’ai gardé mon bébé mort 1 mois dans mon ventre. Je n’ai pas fait de fausse couche, il a fallu aller le chercher. Sur le coup je n’ai pas eu envie d’aller chercher les causes.
Une fois l’évènement digéré, j’en ai parlé autour de moi et il s’est avéré qu’une autre employée de la même serre avait eu la même expérience que moi 1 an plus tôt, et j’ai aussi appris que notre employeur traiter les fraises le matin avant notre arrivée.

Lors de ma deuxième grossesse j’en ai parlé à mon médecin qui m’a expliqué, qu’il avait fait analyser le fœtus à cette époque pour protéger une éventuelle seconde grossesse (ADN, incompatibilité sanguine,…) et que le fœtus était viable, pour lui rien n’explique ce qui s’est passé.
Je lui ai donc raconté ce qui m’avait été rapporté ; les traitements avant notre arrivée ainsi que je n’avais pas été la seule. Et là, il me dit de la forte probabilité que les traitements en soient la cause du décès.
Aujourd’hui je témoigne pour que les exploitants agricoles se rendent compte que les infractions commises par certains d’entre eux ont des conséquences sur la vie de leur employé(e) ainsi que sur celle des riverains.
Je témoigne aussi pour interpeler les employées sur les conséquences de leurs conditions de travail et que si certaines d’entre elles vivent ce que j’ai vécu demandent des analyses plus poussées à leur médecin. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire