A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

jeudi 3 avril 2014

"Round up, non merci" à Quimper

Changement d'équipe, changement de décor pour une action "round up, non merci". Enfin, le décor reste le même : le magasin Castorama, implanté à Quimper (29). L'un des leaders du bricolage en France ne se résigne pas à se détourner de la vente de produits toxiques, destinés à l’éradication des dites "mauvaises herbes" auprès des particuliers. 
Le plus célèbre d'entre-eux, le round-up de Monsanto, figure encore en bonne place dans les rayons de chez Castorama (et même par intrusion dans les rayons des ruches). Certes la concurrence est rude avec ses congénères de chez Bayer, et avec des produits décrits comme désherbants naturels, mais ce type d'action de veille citoyenne ne se limite pas à signaler la présence de produits phytosanitaires, elle a pour objet de s'attaquer aux intérêts et à l'image de Monsanto, firme agro-industrielle qui pourrait être condamnée par un Tribunal International pour crime contre l'Humanité et la Nature. Veine bataille ? Mobilisation insignifiante ? Peut-être. Mais les 7 personnes présentes ce jour-là, elles, ne se résignent pas et ne pourront pas être accusées de non assistance à abeille en danger. 
Peu savent que tous les ans est célébré le funeste anniversaire de l'accident de Tchernobyl. Combien sont-ils à connaître le sort réservé aux milliers d'innocentes nouvelles victimes (handicap multiple, trisomie, malformations,...), nées bien après le cataclysme chimique de l'agent orange de chez Monsanto, déversé comme un déluge mortel pendant la guerre du Viêt-Nam ? Les monstres ne se cachent pas derrière une palissade en bambou mais bien au cœur de nos bureaux vitrés. (lire Agent orange-Apocalypse Viêt-nam d'André Bouny).
Le mode opératoire se décide pendant le déjeuner, improvisé au bord de l'Odet. L'ambiance est détendue et les rires ponctuent l'allégresse du vin et l'onctuosité des cornichons. "L'agent round up" et l'Abeillaud prennent le pouls de la compagnie et, en fonction des envies, déterminent le rôle de chacun. Il est essentiel que les personnes présentes se sentent à l'aise dans l'action à venir. Il faut dissiper les doutes car le nombre de participants peut paraître dissuasif, d'autant que l'accueil par les employéEs reste une inconnue qu'il faut expliquer en fonction des visites passées dans d'autres magasins.
Ajouter une légende
Ca y est il est 15h. "Donc on rentre à gauche, une nouvelle fois à gauche et tout droit" "Non, vous rentrez à une gauche, une fois, et tout droit". L'équipe des beaux nez rouges pénètre incognito dans le magasin et se rend dans l'espace jardinage. Les bidons sont placés en hauteur mais la taille de G. présente un avantage certain pour coller les adhésifs. A l'opposé, l'agent round up et l'Abeillaud font diversion et divertissement. L'Abeillaud est poursuivi par l'agent, qui lui-même est suivi de près par des employés. Une espèce d'incrédulité s'installe dans le personnel, car le temps est long avant de sentir une agitation auprès de la direction, en faction sur le ponton surplombant les caisses. 
Pendant que des salariéEs et des clients s'amusent de notre déambulation, l'équipe des Beaux nez rouges a engagé le dialogue avec la direction, descendue entretemps. Bride de conversations : "nos équipes sont formées pour donner les meilleurs conseils d'utilisation,...". On préférerait que Castorama joue une complète transparence affichant les conséquences de la toxicité réelle du round up sur notre santé et explique qui est vraiment Monsanto.
Avant que n'intervienne un vigie tout énervé avec son portable, les veilleurs intuitivement ont déjà pris la direction de la sortie. A cet endroit, est improvisé un tractage efficace où plus de 150 véhicules sont approchés en moins 1/2 H.
Le retour au point de départ, sur les bords de l'Odet, est prétexte à faire le point, pour soulager les interrogations et les vessies. La question de l'utilité de ce type d'action ne pose pas, elle est légitime.

Dans le cadre de la campagne des désobéissants.

1 commentaire:

  1. Bravo ! ça me rappelle une action similaire effectuée l'an dernier dans un Casto parisien. Les employés étaient de notre côté... preuve que la prise de conscience est de plus en plus grande... Affaire à suivre.
    Mais côté agriculteurs productivistes, je ne constate pas beaucoup de changements, à en juger par le nombre de champs jaunis que l'on observe actuellement en Bretagne.! Pourquoi ne pas faire un action dans les coopératives agricoles ?

    RépondreSupprimer