A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

vendredi 25 septembre 2015

Qu'est ce qui se trame dans les ribin de Plougastel ?

Le Difroud à Plougastel
A Plougastel on n'a pas les pavés du Nord de la France. A Plougastel on n'a pas les lacets des cols mythiques du Tour de France. A Plougastel on n'a pas les classiques de printemps ni des compétitions de VTTistes, chacune de ces compétitions de vélo faisant redécouvrir de magnifiques paysages de plaines et de montagnes, où la nature est omniprésente. A Plougastel nous avons Dominique. Le maire. Dominique a toujours eu des rêves de grandeur pour sa commune, à défaut pour lui d'atteindre les sommets d'une carrière politique, malgré les efforts consentis (il y a longtemps) et sa détermination actuelle à mouiller le maillot de sueur. Car Dominique maintenant roule pour le sport. 

Après sa défaite pour accueillir le centre de formation du stade brestois, revanchard, il lui fallait une compét', une vraie, celle qui ne souffrira d'aucunes contestations des intégristes écolo de la commune (dixit le même Dominique). Une qui mettra le braquet, le grand, pour asseoir définitivement la stature (et quelle stature !) d'un élu qui ne ménage pas ses efforts pour être au petit soin avec les sportifs de haut niveau de la SportBreizh. Cette course, organisée depuis 2013, a été créée par Gurvan Musset, avec le soutien de la radio France Bleue Breizh Izel, sans compter Le Télégramme ou le CMB. Que rapporte wikipédia sur le sujet :

"La course est avant tout basée sur Plougastel-Daoulas, sur le pays de Landerneau-Daoulas et sur la communautés de communes du Yeun Ellez dans les Monts d'Arrée.
La fête au village ! La Sportbreizh veut être atypique : elle passe donc par des sentiers de terre, le gwennojen (sentiers en breton) ou goudronjenn à Plougastel et arrive dans des sites exceptionnels comme le sommet du Mont St Michel de Brasparts. Les organisateurs souhaitent aussi arriver au cœur des villages."
Ribin en goudron ou goudronjenn
Que des cyclistes mangent de la poussière, après tout pourquoi pas ? Qu'ils empruntent des chemins de campagne, le fameux goudronjenn, en enfilade, et s'échinent à ne pas chuter, oui bel effort physique qui peut rappeler celui de Roubaix ou du Tro Bro Leon du Nord Finistère. Sauf que pour accueillir un tel événement ambulatoire avec les véhicules des équipes, les voitures officielles et celles des journaleux il a fallu recourir à une chirurgie de rase campagne, montrant au passage la façon dont Dominique procédait pour entretenir les chemins communaux. Pas question de traîner dans la boue ou de chuter dans les trous d'eau, qui pourtant ornent périodiquement les goudronjenn de la commune. Pour en venir à bout et d'après des spectateurs attentifs, pendant plusieurs semaines, et sur quelques kilomètres, des engins de chantier ont mangé les talus, élargi les chemins en déblayant d'un côté pour mettre sur l'autre, mettant au grand jour, notamment, des mètres de film plastique agricole, laissé de nouveau sur les rebords ! 
morceau d'amiante
Comme le rappelle Wikipédia "la course passe par des sentiers de terre".  Les camions ont acheminé des tonnes de gravats de chantier afin d'obtenir un espèce de macadam épais de plusieurs centimètres. Cet agglomérat contient autant de bitume de trottoir et de route, des pans entiers de dallage, des vestiges de conduit en amiante...Mais où ont-ils déniché une telle quantité de déblais ? Déchets qui logiquement auraient dû être confinés dans des centres de stockage de déchets ultimes. Les mauvaises langues ont une idée; ils subodorent fortement que ces déchets proviennent des chantiers du Tramway de Brest...Possible ? Certainement au regard de l'assise couverte par ces gravats pour aménager leur boulevard. Qu'est ce que représentent aux yeux de Dominique quelques kilomètres de vieux chemins hébergeant une biodiversité inutile et encombrante comme l'escargot de Quimper. Après tout Dominique est le premier a le reconnaître "Il y a suffisamment de chemins à Plougastel". 
Plougastel fait peau neuve et renoue avec les décharges à ciel ouvert, illégales, certes, mais si nécessaires au confort de quelques cyclistes. A Plougastel le bulle n'est pas le seul à détériorer l'environnement, il y a Dominique. Une espèce qui n'est pas prête d'être classée en voie d'extinction.

1 commentaire:

  1. Pour satisfaire les caprices des sportifs, on sacrifie la nature... Restons calmes !

    RépondreSupprimer