A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

vendredi 23 octobre 2015

Y'a de quoi ce marais ! Pevar

Scribes d'humeur, partiellement publiés dans la revue d'octobre 2015 d'Eau et rivières de Bretagne. 
Rubrique : l'écho des marais
Dessin : Nono


Un plan de carrière
Alors qu’une carrière recouvrait un aspect bucolique, des élus de Plouigneau se sont étonnés qu’une nouvelle saignée apparaisse sans autorisation (Ouest France du 06/05/15). Le maire précise qu’il ne s’agit pas de procéder à une exploitation du site mais de répondre à une urgence avec pour conséquence l’extraction de 200 t de pierres et la détérioration du paysage.  Un bon plan que cette carrière, qui n’y vu n’y connu, a fait les affaires du maire.

Coquillages et crustacés
A l’annonce de l’autorisation du projet de collecte industriel des algues vertes, Eau et rivières de Bretagne s’est insurgée (Le Télégramme du 04/0615). « Le ramassage des algues (…) provoque la mortalité des juvéniles de poissons  et celles des coquillages enfuis dans le sable » avance l’association. Défenseuse des animaux Brigitte Bardot pourrait apporter son soutien en faisant sa sérénade sur les coquillages et crustacés. Idée à soumettre au FN local.

Rock and agricole
Éleveur de porc à Cast, Roger Mauguen est également fan de rock et notamment de Neil Young (Ouest France du 29/06/15). Ce dernier a sorti un album intitulé « The Monsanto years », album qui s’attaque à la firme agrochimique. « Je ne sais pas si j’achèterais son nouvel album. Je ne sais pas si j’utilise leurs produits mais si mon blé est malade il faut que je le soigne ». Inquiétant : les agriculteurs ne consultent toujours pas les étiquettes de leurs bidons d’intrants.

Nutrinoë et le déluge
L’association Nutrinoë qui regroupe les industriels de fabrication d’aliments pour bétail s’inquiète de la dégradation de la trésorerie des exploitations porcines (Le Télégramme du 18/06/15). Ces industriels assument seuls le soutien à l’élevage « Près de 130 Millions sont apportés en aide de trésorerie, sous forme de délais de paiement, d’avance de céréales,… ». Prémonitoires, ils ne pourront pas éviter le déluge de dépôts de bilan des exploitations.

Milices para-agricoles
Dans la nuit du 22 juin dernier, une centaine d’agriculteurs a intercepté  les camions frigorifiques entre Nantes et Vannes (Ouest France du 24/06/15). Ce qui fait dire au préfet de région qu’on risquait l’incendie. « Un commando équipé d’une cisaille et d’un bidon d’essence a réveillé un chauffeur ». Dorénavant la prévention routière devra pendre en compte dans ses statistiques les agissements des milices para-agricoles comme risque routier.

Régime sec
L’association des maires du Finistère, par la voix de son représentant, Dominique Cap, s’insurge de la baisse des dotations de l’Etat (Le Télégramme du 25/06/15). « On prévoit une baisse des investissements de 25 % en 2015. La prochaine étape risque de toucher aux services publics» prévient-il. Déjà très timide quant à l’introduction du bio dans les écoles, il faut espérer que le maire de Plougastel n’y trouvera pas un prétexte pour placer des produits locaux invendus comme la tomate de Saveol.

NDDL : le choc des recours
Le verdict du Tribunal administratif de Nantes est tombé : les recours des opposants à l’aéroport de NDDL ont été rejetés, assurant dans les faits un démarrage des travaux début 2016 (Les échos du 20/07/15). Soutenu par Manuel Valls, Vinci a le champ libre pour détruire 1600 ha de terre bocagère. Le gouvernement utilisera d’autres recours en envoyant auparavant les forces de l’ordre contre les occupants. Valls s’est-il inspiré du livre de Klein « la stratégie du choc » ?

Recyclage agricole
Chaque manifestation est l’occasion pour les agriculteurs de brûler leur stock de polluants. Celle de juillet n’a pas échappé à la règle (Ouest France du 24/07/15). Utilisés pour maintenir les bâches en place et protéger les ensilages, les pneus ne sont plus en odeur de sainteté avec la réglementation actuelle. « Le temps des pneus est révolu » explique un responsable de la FNSEA du Finistère. Étonnant, les agriculteurs font du recyclage sans le savoir.

Un pont trop loin
Fin juillet dernier quelques centaines d’agriculteurs ont bloqué les ponts de Brest et de Morlaix pendant plusieurs jours, obligeant des milliers d’automobilistes à emprunter de longues déviations (Ouest France du 27/07/15). Ils exprimaient leur colère contre la faiblesse des cours de la viande, les marges élevées des intermédiaires et les charges sociales asphyxiantes. Pris en étau, les citoyens sont les premières victimes de cette guerre économique.

Goût amer
Parce qu’il s’était publiquement prononcé contre le projet de centrale à gaz de Landivisiau, la convention signée entre un apiculteur et la commune n’a pas été renouvelée. La gestion des ruches du toit de la mairie sera confiée dorénavant à d’autres (Ouest France du 30/07/15). Un tiers de la récolte de miel sera reversé à la mairie. Débarrassé d’un goût amer de déni d’opinions.

Cazeneuve l’a rêvé
Pour laisser passer un convoi exceptionnel, une trentaine d’arbres a été abattue près de Luçon en Vendée (Ouest France du 31/07/15). Selon un proche du dossier le trajet par la mer était possible. Le département s’est engagé à replanter une essence quelques mètres en retrait de la route. L’idée inutile de B. Cazeneuve, Ministre de l’intérieur, d’abattre les arbres plantés le long des routes, fait son chemin.

Amnésie
A cause de taux trop élevés de toxine amnésiante, la pêche à la coquille St Jacques dans la rade de Brest reste encore interdite (Le Télégramme du 07/08/15). L’impact des engrais est mis en cause par les professionnels de la mer. « Personne ne veut dire que c’est une conséquence des engrais et des pesticides, il faut régler le problème, ne pas le nier ». A priori une autre espèce est touchée par l’amnésie, le décideur politique.

Courber l’échine
Réunis à Pontivy, les délégués CGT de l’agro-alimentaire ont fait part de leurs inquiétudes sur la crise porcine (Le Télégramme du 20/08/15). « 30000 salariés travaillent dans la filière porcine. Ce sont les grands perdants de la discussion entre les industriels et les éleveurs ».  Pour faire face à la concurrence les cadences de travail augmentent entraînant des troubles musculo-squelettiques. Autrement dit, comment davantage « courber l’échine » devant les patrons.

A Paris en tracteur
Début septembre, la capitale a vu déferler plus de 1500 tracteurs venus de toute la France. Ludovic Pensec, jeune producteur de lait de la région de Quimperlé, était de la partie (Le télégramme du 02/09/15). Expliquant sa participation par un ras le bol des normes environnementales, une autre raison l’anime : « Je rêve de passer sous l’Arc de Triomphe ». Qu’il en profite pour faire un dépôt de gerbe sur la tombe de l’agriculture productiviste.

PAC tous les jours
Face à la crise que traversent les agriculteurs, la commission européenne a accordé une nouvelle aide exceptionnelle de 500 millions d’euro (Le Monde, 07/09/15). Présent au sein de la manifestation organisée à Bruxelles début septembre, Xavier Beulin de la Fnsea a jugé ce geste très insuffisant, il estime même que c’est « une forme de mépris ». Pour que Beulin soit gavé il faudrait que ce soit PAC tous les jours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire