Vous voulez de l'info ? Suivez l'Abeillaud !

Vous voulez de l'info ? Suivez l'Abeillaud !

mercredi 7 octobre 2020

Cette petite fille qui s'appelle Ancolie

 Pensées pour Ancolie (Isabelle Lamour) à qui je souhaite un long éclair de vie


   

L'on dit, à l'envie, que le temps se fige, et pourtant : il y a, dans cette pose bordée de lumière, plus qu'un éclair de vie.

Il y a là plus qu'un éclat de ritournelles dans un habit de fillette. Car Si l'on s'aventurait plus près de la photo et si l'on tendait l'oreille, on percevrait plus qu'un rire, on entendrait une extase libérée, un rugissement si puissant qu'il en viendrait à fissurer ses contours !

Oui c'est bien plus qu'un rire, c'est un orchestre joyeux, un rouge gorge malicieux. C'est comme si l'enfant s'amusait, à gorge déployée, à vouloir nous transmettre son bonheur et que tout son être s’y employait afin d'éventrer cet instant, pour nous l'offrir enfin !

Ça saute aux yeux ! Ce cadre est trop engoncé pour une telle figurante. Tout est en avant : le nez les joues le menton la tête puis le buste. Même les cheveux se mettent en désordre de bataille. Elle se donne plus d'élan pour s'extraire de la photo prise par son père; était-ce déjà pour elle une manière de le retenir bien après son décès et se plonger de nouveau dans des bras protecteurs ?

Alors que retenir de cette photo que rien pourtant ne voudrait retenir ? Une chose, une seule chose, c'est que le temps n'a pas d'emprise sur cet amour dénudé.

dimanche 4 octobre 2020

Lrem : une bien curieuse nomination

Le dernier conseil municipal à Plougastel-Doulas, du jeudi 01 octobre 2020, s'est déroulé en l'absence du seul représentant de la liste qu'il menait "Plougastel, nouveau souffle", Stéphane Péron (photo de gauche ci-dessous).

                       



Contrairement aux apparences, Lrem, elle, n'est pas absente de cette assemblée, puisque deux membres de la majorité de Dominique Cap, sont adhérents du parti présidentiel. Il s'agit en l'occurrence de Michel Corre et de Yann Lachuer (photo de droite ci-dessus), capitaliste assumé, en charge des questions sur la transition écologique : s'il avait existé un titre de représentant de la transition financière, il avait surement plus le profil pour ce poste. Mettre un capitaliste à l'écologie, c'est du pur macronisme foireux. 

La question à se poser alors n'est pas de savoir pour quelles raisons les deux macronistes du maire, Dominique Cap, et le macroniste isolé, Stéphane Peron, n'ont pas fait cause commune dès le premier tour des élections municipales, mais plutôt de s'interroger sur l'impartialité de l'élu Lrem isolé sur les points de séances éventuellement litigieux. Il est déjà possible de répondre à cette impartialité qui en vérité cache mal des "liens", des "accords" concluent dans l'ombre de la démocratie entre les proches macronistes de Dominique Cap et certains anciens colistiers macronistes, proches de Stéphane Péron.

Municipales. « Plougastel nouveau souffle » en ordre de ...
La liste officielle de Lrem à Plougastel

Car de façon inattendue, sans concertations ni délibérations, le vice-maire Jean-Jacques André, avec l'aval de Dominique Cap, a présenté lors de la dernière commission "urbanisme et transition écologique", la macroniste non encartée, Isabelle Lamour, bien placée sur la liste de Stéphane Peron, en charge d'ailleurs des questions environnementales lors de la campagne électorale. La représentante de Stéphane Peron n'a eu qu'à prendre place à son tour au sein du groupe constitué d'élus, semble-il, mis devant le fait accompli. Curieuse manœuvre en effet que de voir cette intime de Stéphane Peron rentrer dans une commission sans un avis public ni même une allusion au conseil municipal. 

Cette représentation non élective semble légale et le rôle d'Isabelle Lamour dans cette commission, qui comme son titre l'indique, est une commission essentielle pour l'aménagement du territoire, reste un rôle d'observatrice et de "gratte-papier" pour son chef, Stéphane Peron. Néanmoins, sa présence n'est pas anodine. Surtout que la nouvelle membre a toutes les qualifications requises pour concurrencer Yann Lachuer vers un poste de "transition financière". Il ne sera pas difficile pour ces deux-là de se concerter en marge de la commission pour échafauder les prochains épisodes cachés de l'implantation locale d'une droite libérale écocidaire, mis à mal pourtant par le suffrage universel. N'y a t-il pas là, alors, un danger pour la démocratie directe ?

Pour rappel la non-élue s'est déjà exprimée sur la transition écologique pendant la dernière campagne électorale. Sujet toutefois qu'elle ne maîtrise pas totalement, se contentant  d'endosser la chasuble des néo-écologistes pour justifier sa place. Il est donc malheureux pour l'écologie à Plougastel de voir confier à des capitalistes, des missions cruciales pour le maintien d'une nature à protéger des activités humaines. Avec une telle coalition de libéraux, ce sont les industriels du maraîchage qui s'en tireront le mieux.





jeudi 10 septembre 2020

La propriété, c'est le viol

Qu'est-ce qui m'autorise à détourner une citation du célèbre anarchiste Pierre-Joseph Proudhon (la propriété, c'est le vol) 2 siècles plus tard ? Et bien peut-être que, 
- contrairement à mon illustre prédécesseur, je ne souffre pas de misogynie, intégrant ainsi plus contractuellement la notion d'égalité des genres, et de type de genres, car plus en phase avec les exigences actuelles d'accès aux mêmes droits pour tous, et ainsi garantir une obligation de protections accordées à tous, autrement exprimé : le viol n'est pas la marque de l'infériorité supposée acceptée par la femme et établie par la seule légitimité du genre masculin, il est la marque de la bestialité qui repose sur le principe d'une supériorité physique délivrée par les seules lois de la morphologie naturelle dont la forme n'a jamais autorisé aux excès impulsifs. Le viol est une marque d'irrespect sur la femme, comme l'est la destruction de la nature; ce sont les mêmes phénomènes qui se produisent en laissant une trace indélébile sur elles;
- dans les attributs intellectuels que possédaient certainement cet homme, sa notion de socialisme s'évertuait à s'attaquer exclusivement aux agressions du grand capital sur le genre humain et ne concédait aucune attention systémique à la nature, au lien de l'humain avec elle, et de l'inverse qui est son égal, du fait peut-être que les abus dont elle était la victime au 19ème siècle ne sont pas aussi frappants qu'à notre période de modifications inéluctables et globales du climat (L'histoire des hommes est caractérisée par leur époque et à l'image du sol fonctionne par strates : au 20ème siècle Murray Bookchin, viendra écrire la suite comme bien d'autres surement, à travers l'idée d'une écologie sociale).
Effectivement, la propriété, c'est un viol, surtout quand il s'agit d'expansion économique dans le secteur industriel, car la première victime de cette expansion néoplasique reste encore l'environnement et sa biodiversité. La tentation convulsive est immense de désirer s'approprier ce qui forme le périmètre de la propriété privée et discrètement l'inclure à son domaine terrestre. L'exemple le plus commun à Plougastel-Daoulas est le chemin de campagne. Intégré dans les plans d'aménagements urbains, le chemin de campagne, qui est très souvent confié à la gestion de la commune, finit par être absorbé par des industriels de productions hors-sol, autorisés en cela par la complaisance complice d'élus locaux, partant du prétexte fallacieux que les chemins sont moins ou plus fréquentés du tout. Et comme si ça ne suffisait pas, ils modifient son aspect afin de convenir à leur besoin d'envahissement, en soi un accaparement du corps terrestre. 
La propriété privée est une plaie, surtout si elle est industrielle et qu'elle s’immisce à la campagne. Bien plus que les fausses informations sur internet, la croyance populaire est difficile à tailler en brèche. Que dit le droit français sur la propriété privée et l'accès à la nature ? "En France, la législation ne prévoit, de façon spécifique, un droit d’accès aux espaces naturels que sur la frange littorale (...). Sur le reste du territoire français, l'accès à la nature est une tolérance car, si cet accès n'est pas un droit, il n'est pas non plus interdit. En effet, contrairement à une croyance répandue, aucun texte pénal ne réprime le fait de circuler à pied sur une propriété privée, tant qu'il n'y a aucune dégradation, aucune appropriation de quoi que ce soit, ni autre infraction portant atteinte à la propriété (...)." source wikipédia
Concrètement si je désire contempler de plus près l'arbre qui figure sur la photo ci-dessous (et que je ne pourrais plus faire car depuis sa publication, l'arbre a été coupé), rien ni personne ne pouvaient m'empêcher de le faire. Avant l'envahissement industriel, ce lieu était un espace naturel, accessible à tous ! 


Tout comme le chemin communal qui longe l'ancien espace naturel mais qui finissait par être privatisé par la simple bonne grâce des industriels du secteur !* 


Il y a donc dans ce cas de figure une notion de privatisation qui échappe à mon raisonnement intellectuel : on m'interdit l'accès à un espace naturel alors qu'on laisse un industriel privatiser un espace public. Pire ! Ils viendront m'accuser de perturber l'ordre public, et dans leur "bon droit", solliciteront les représentants de l'ordre qui, à leurs tours, me suspecteront d'être une menace, en réalité à quelque chose qui ne l'est pas !! (Quel ordre d'ailleurs ? Le leur ? Celui du dominateur blanc patriarcal ? Quelle horreur...). Ils répondront que c'est bien peu de chose, comparé à leur prédation industrielle, indispensable pensent-ils au bon fonctionnement de l'économie locale. Encore une fois je m'opposerai à ce qu'ils estiment être indispensable et quand bien même cela m'obligerait à défier les croyances populaires (ce qui les arrange bien d'ailleurs) : la légitimité n'est pas de leur côté ! Comme bien d'autres déviances, la propriété privée industrielle en est une, et exacerbe des appétits voraces. 

*Depuis le panneau a été retiré

Définition de violerAgir à l'encontre de quelque chose que l'on doit respecter

Petite anecdote que je place ici car je ne sais pas quoi faire de cette pensée encombrante et comme je suis libre d'écrire ce qui me sied sur ce blog : un artiste, prof aux beaux-arts, m'a dit un jour, bien mal inspiré : "Tu existes parce qu'ils existent." "Ils", les serristes. Il se trompait. J'existe parce que la Nature existe.

dimanche 2 août 2020

Un site géologique dégradé par les gravats

La grotte de Menkleuz coz "vieille pierre creuse", située dans l'anse de Pen ar ster, est bien connue des pratiquants de la spéléologie sur Plougastel-Daoulas. Mais son excavation naturelle a été également repérée par des entrepreneurs indélicats qui y déversent leurs gravats de chantier. La question se pose alors de savoir comment l'humain s'y prend pour déployer une telle ingéniosité universelle, à tant vouloir dégrader des sites remarquables ?


L'accueil du lieu se fait par une large langue qui lèche les derniers bas fonds de la vasière de Rozegat. A l'entrée, le regard ne parvient pas à deviner la profondeur de la cavité, du fait de l'aspect ombrageux de la crique, encore couronnée d'arbres anciens. Mais l’observation du sol déduit, par expérience maintenant, que sa nature n'est pas originelle, et comporte de nombreux signes d'entrepôts, notamment des tas de gravillons de chantiers. 


La visite de la plateforme artificielle aboutit au centre de la cavité naturelle. A ce niveau, on devine la hauteur du remblais et les dégâts occasionnés. Le dépit ne parvient pas toutefois à désarçonner l'attraction que provoque la découverte de la pente de l'escarpement, enseveli dans l’entrelacs de la friche et dans la frénésie du lierre, qui enlace les quelques arbres encore enracinés. Des curiosités géologiques comme celle-là sont époustouflantes car elles sont imprévisibles sur une rive que l'on pensait peu accidentée par le relief. C'est d'autant plus vrai, lorsque l’œil s'est habitué à la semi-obscurité, et laisse dessiner enfin la fente de la grotte de Menkleuz coz. On pourrait alors, tout à loisir, naviguer dans ses entrailles, si l'objet de la visite n'était pas l'examen du remblais. 



A son aspect, les traces de gravats prouvent que les derniers passages sont encore récents, mettant en évidence des dalles provenant surement d'une allée privée. Malgré tout, il est difficile de se faire une idée du contenu précis de cette décharge sauvage à cause de son ancienneté, certainement fréquentée régulièrement par le passage de camions. Et de mauvaises habitudes entraînant d'autres, des voisins peu concernés se sentent autorisés à entreposer les déchets verts de leurs jardins.


Encore une fois, "A quoi ça serre" constate que l'état de la presqu'île est délaissé par ceux à qui l'on a confié sa gestion, et en premier lieu, le maire et sa majorité; à quoi bon codifier sur le PLU des zones particulières si celles nommées "NS : protection des espaces remarquables" sont régulièrement détériorées par une incivilité presque normalisée ?




lundi 27 juillet 2020

Etat des eaux à Plougastel : chronique d'une merde annoncée


"AQCS manie mensonges, contre-vérités et provocations." Ces propos sont tenus par le vice-maire de Plougastel, JJ André. Ce qui suit démontrera le contraire évidemment.


Etat sanitaire de Porzgwen


Au 21 juillet 2020 état des lieux pour la pêche à pieds ( un des indicateurs de la salubrité des eaux ) . Aucun site de Plougastel n'est en vert.........
Réouverture de certaines grèves après le confinement. Comme le prévoyait l'arrêté du Préfet le 13 mai 2020, il était demandé aux maires des plages concernées de contrôler la qualité des eaux de baignade. Au 15 juin, aucun contrôle n'avait été effectué par la mairie de Plougastel.







Lors du dernier conseil municipal du 15 juillet 2020, J.J André au sujet des Aires Marines Educatives a déclaré qu'une surmortalité de pétoncles à Kéraliou était à attribuer à une défaillance du système d'assainissement .Encore donc une anomalie sanitaire.

Cette année la « Cabane », habituellement installée à Porzgwen (restauration, boisson, location de matériel nautique ) n'est pas en place alors que l'été 2020 est celui, en raison du Covid 19, où elle aurait été utile......