A toutes les victimes de la bêticide

A toutes les victimes de la bêticide

samedi 11 octobre 2014

L'association "à quoi ça serre"

Rédacteur : Franck Oppermann, porte parole.
Lorsqu'il y a un an, David Derrien, a impulsé la création du Collectif «  A quoi ça Serre ? » en fédérant les initiatives individuelles qui à différents niveaux ne voulaient pas considérer comme un fait acquis le développement inconsidéré des serres industrielles dans le Finistère, nous partions un peu dans l'inconnu, Rassemblant des gens d'horizons totalement différents sans expérience particulière des joutes qui nous attendaient, nous nous attaquions de plus à des intérêts extrêmement puissants comme nous allions nous en rendre compte par la suite. 
le collectif au travail
 La création de notre Collectif ayant eu un écho médiatique que nous ne soupçonnions pas, nombreux furent les gens à approuver notre action, tout en évitant de s'engager plus en avant par crainte d'éventuelles représailles, preuve une fois encore que nous abordions une problématique plus que sensible. Très rapidement aussi, ne restèrent dans le Collectif que ceux qui avaient une vision globale des choses, et qui n'envisageaient pas le Collectif comme une espèce de classe action avant l'heure mais comme une dynamique capable de faire bouger les lignes. Nous savions aussi, qu'en tant que Collectif nos moyens seraient dérisoires ce qui ne nous pas empêchés d'effectuer un travail de fond considérable en rassemblant le maximum d'infos et de constats sur les impacts que les serres industrielles ont sur l'environnement. Nous avons multiplié les interventions auprès des collectivités publiques, des administrations, des associations. Si nous avons connu des désillusions, nous avons aussi réussi à créer une interrogation chez certains politiques, comme Mr Quernez, vice -président du Conseil Général du Finistère, qui nous a accordé une entrevue d'une heure, à l'issue de laquelle il a été reconnu la légitimité de notre action citoyenne. 
De cette année, nous ne retiendrons donc que le côté positif. Le fait tout d'abord que des gens totalement différents aient réussi et continuent à travailler efficacement ensemble. Que nos efforts, et nos coups de boutoir commencent à porter, à un moment où il est plus que jamais crucial de s'interroger sur un modèle économique industriel, qui non seulement n'a plus aucune légitimité économique ni sociale mais au nom duquel on sacrifie de façon irrémédiable un environnement qui constitue la première richesse de notre département.
Dés lors, le Collectif a décidé de se transformer en association dont l'objet sera étendu à des questions plus globales d'environnement car notre travail sur l'impact des serres nous a confirmé qu'en la matière, il est impossible de segmenter les choses. Par contre, pour être plus efficaces, notre rayon d'action se limitera à BMO et plus particulièrement à Plougastel. Cette transformation en association nous donnera des moyens d'actions juridiques que nous n'avions pas à travers le Collectif car il est évident qu'après la période des constats, nous ne pourrons plus nous contenter de l'indifférence voire du mépris de certaines collectivités, et que nous mettrons tout en œuvre pour obtenir des résultats tangibles pour le respect et la protection de notre environnement, qui va de pair avec les questions de santé publique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire